Colloque international sur L’INCLUSION

Adapei de l'Ain au Colloque sur l'inclusion

Professionnels, administrateurs, parents, amis, élus, partenaires : tous se sont retrouvés à Alimentec le 22 mai dernier pour parler d’inclusion. Un échange de points de vue avec des délégations chinoises, belges, sénégalaises et argentines pour constater que la société inclusive s’impose partout.

Rendre la société accueillante et inclusive est une priorité pour l’Adapei de l’Ain. La conférence internationale du 22 mai dernier a montré que ces préoccupations reçoivent un écho partout dans le monde.

« Cette journée doit permettre un échange sur les visions respectives de l’inclusion » rappelle Marie- France Costagliola, présidente de l’Adapei de l’Ain. « Chacun donnera sa perception et entendra celle des autres. Cette journée n’est pas une conclusion mais le début d’une dynamique. »

Prendre de la hauteur

Loin d’une démarche comparative ignorant les spécificités de chaque pays, la conférence visait à s’ouvrir au monde, à se faire connaître et à confronter ses points de vue pour grandir ensemble. L’idée de rompre avec un monde du handicap à part était au coeur des débats. Michel Chaumette, Directeur Général de l’Adapei, a rappelé que les organisations souffrent parfois de fonctionnements cloisonnés avec des professionnels compartimentés selon leurs compétences. Or, professionnels et établissements sont deux acteurs essentiels de l’inclusion.

« Chacun détient une petite part d’innovation pour construire une grande dynamique accueillante » affirme Marie-France Costagliola.

La réponse aux défis institutionnels et techniques passera par l’adaptation du travail.

« Il faut interagir avec l’autre, solliciter tous ceux qui oeuvrent pour la même mission » décrit Michel Chaumette. « Il faut reconnaître l’ intelligence individuelle et collective. »

Une société qui apprend à vivre ensemble

Revendication légitime de tous les citoyens, la société inclusive implique le renforcement de l’autonomie et de l’auto-détermination.

« Cela ne signifie pas faire seul mais pouvoir faire des choses et être accompagné de la façon la plus humaine possible » précise Marie-France Costagliola.

Pour devenir une réalité, cet idéal impose une société ouverte, accessible et acceptant les différences.

Nullam eget odio massa eleifend Curabitur leo. risus. elementum Aliquam