Confinement : garder le lien est essentiel

Magalie Peugnet éducatrice L'Armaillou

Qu’il s’agisse de maintenir le lien avec sa famille lorsqu’on est confiné au sein d’un foyer ou de garder le contact avec son éducateur lorsqu’on est la maison… cet éloignement qui dure est une épreuve pour toutes les personnes que nous accompagnons. Le contexte oblige nos équipes à se réinventer, à trouver de nouveaux outils et astuces pour se sentir « ensemble », malgré la distance physique.

Continuer à faire vivre le groupe

Au Foyer et au Service d’accueil de jour Le Villardois, les éducatrices ont proposé un jeux photos virtuel. L’idée est simple : chaque personne volontaire envoie sa photo montrant une activité dans son quotidien. Cuisiner, jardiner, chanter, dessiner, faire du sport… Peu importe, l’essentiel est de partager. Les photos ainsi collectées alimentent un journal envoyé à tous.  

« Pour les personnes autistes ou porteuses d’un handicap psychique, le confinement est souvent synonyme de perte de repères. Elles ont du mal à se représenter l’autre dans son quotidien. L’image permet de pallier cette absence de représentation » explique Elisabeth Robinot, Directrice de l’établissement.

Accompagner à distance

L’IME L’Armaillou à Belley a fermé ses portes le 16 mars. Mais pas question pour l’équipe éducative de couper les liens avec les enfants. Elle s’est entièrement réorganisée pour les suivre à distance, par visio entretien. « Nous personnalisons les démarches selon les attentes des enfants et des familles. Certains ont par exemple besoin d’un suivi quotidien, chaque jour à la même heure. C’est aussi une manière de soulager les parents qui nous les « confient » virtuellement pendant un moment » raconte Amandine Pin, éducatrice.

Pour d’autres enfants, il est important de se voir en groupe pour retrouver les copains. Les éducatrices envoient des supports de jeux par courrier pour qu’ils aient un outil de travail entre les mains « Cela leur permet de concentrer leur attention et de ne pas décrocher derrière l’écran » explique Magalie Peugnet, éducatrice. « Nous reproduisons les temps de rituels – histoires, chansons… – que nous pratiquions à l’institut. Les enfants ont besoin de leurs repères. Et je décuple d’imagination pour leur proposer des activités attractives pour capter leur attention à distance. Le concours de grimaces marche très bien ! » poursuit-elle.

Pour tous, l’institutrice réalise un journal de bord avec les photos des enfants et des professionnels pour se donner des nouvelles.

Donner des nouvelles aux familles

Au sein des foyers et des maisons d’accueil, hébergeant nos résidents confinés, la priorité est de garder le contact avec les parents ou les proches à l’extérieur. Aux Foyers de Treffort ou de Lassigneu (Belley), les professionnels se sont reconvertis en journalistes et photographes pour proposer une gazette mensuelle envoyée aux familles. Des nouvelles bien appréciées par les proches qui ne peuvent pas leur rendre visite ! Dans les MAS – Les Montaines, Montplaisant ou Bellevue – comme dans tous les établissements confinés, des temps d’échange en visio sont organisés.

« A la MAS Bellevue, nous organisons des entretiens par Skype tous les deux jours avec les familles. Cette communication avec l’extérieur est indispensable pour nos résidents, elle leur permet de patienter en attendant les visites. Et c’est surtout très rassurant pour les familles. Elles peuvent ainsi se rendre compte que leur enfant ou leur proche va bien » explique Gaëlle Garin, Directrice adjointe de l’établissement.  

dictum elit. risus. eleifend id mattis